Vigilance pollution, cela signifie ?

 photo foule
Partager :

Vous avez entendu parler d’un épisode de pollution, d’une procédure préfectorale ou d’alerte. Mais qu’est-ce que cela signifie ? En quoi cela m’implique-t-il ? Est-ce normal ? Pourquoi y en a-t-il plus souvent ces derniers temps ?

Une procédure pour informer et faire diminuer les émissions de polluants

Niveaux de concentration de polluants trop importants ? Une procédure est déclenchée. Deux seuils réglementaires sont définis dans les arrêtés préfectoraux :

photo_vitesse_reduite.jpg
  • information et recommandation :  niveau de concentrations à partir duquel une information-recommandations est relayée vers les populations sensibles et vulnérables (femmes enceintes, nourrissons, personnes âgées et/ou présentant des pathologies dont les symptômes peuvent être amplifiés lors d'épisodes de pollution),
  • alerte : niveaux de concentrations plus élevés que le précédent ou persistance du premier seuil pendant au moins deux jours consécutifs. Les recommandations sanitaires et comportementales concernent alors toutes les populations. Des actions de réductions des émissions polluantes sont mises en place par la préfecture (réduction de vitesse, réduction des émissions industrielles...) en fonction de l’intensité de l’épisode.

Ces seuils sont définis pour 4 polluants : particules, ozone, dioxyde de soufre et dioxyde d’azote.

Pourquoi ces niveaux sont-ils atteints ?

Les épisodes de pollutions sont liés à plusieurs facteurs : conditions météorologiques stables sur plusieurs jours (pas de vents, pas de pluies), fort ensoleillement ou froid important, augmentation des sources d’émissions (chauffage durant l’hiver)… Le nombre d’épisode de pollution peut varier de façon importante d’une année sur l’autre.

On entend beaucoup plus parler de particules et moins d’ozone, est-ce normal ?

Vous êtes familiers des pics d’ozone accompagnant certaines journées d’été particulièrement chaudes. Depuis 1992 et notamment depuis 2012 (baisse des niveaux réglementaires afin de limiter la pollution), ce sont les pics de pollution aux particules qui se sont invités dans l’actualité notamment l’hiver à cause des chauffages au bois et du brûlage des déchets verts.

Savez-vous que les pics de pollution ne sont plus seulement constatés, mais prévus ?

Malgré une marge d’incertitude qu’AtmoSud cherche à réduire, une prévision de pic enclenche un dispositif rodé : l’information du public - relayée par les médias, les mairies et d’autres services publics – complétée si besoin de mesures temporaires de réduction des émissions, déclenchées par la préfecture.