Respirer, bouger… à fond la santé

photo sportif
Partager :

L’air est indissociable de la vie, du mouvement, du sport et de la santé. Vous êtes-vous posé la question de savoir quel volume d’air vous respirez en 24 heures ? 15 000 litres en moyenne ! Calculez : assis tranquillement, sans y penser, vous inhalez 6 litres d’air environ par minute. Vous bougez ? Vous passez à 15 litres. Vous faites une course d’endurance ? Là vous pouvez monter jusqu’à 60 voire 100 litres par minute. Qualité de l’air, santé et performance sont totalement liés.

3 choses à savoir quand j’ai envie de bouger

Quand ? Généralement le matin avant que le trafic s’intensifie. J’évite les heures de pointe et aux beaux jours, les heures les plus chaudes de la journée (concentrations d’ozone les plus élevées).

Vélo en ville La Ciotat

Où ? Je privilégie des trajets à l’écart des sources majeures de pollution : les grands axes de circulation, les rues « canyons », étroites et bordées d’immeubles hauts, où l’air stagne. Je préfère les parcs, les espaces bien ventilés.

Quelles sont les prévisions pour la qualité de l’air ? Aujourd’hui, demain, après-demain ? Vite un coup d’œil sur les indices de ma commune qui sont publiés sur le site AtmoSud : de 0, très bon à 100, très mauvais. Et si un épisode de pollution est prévu, je suis averti à l’avance, je me suis abonné aux bulletins d’alerte.

Activité physique dans un endroit pollué, perdant ou gagnant pour ma santé ?

Dès que j’augmente mon activité physique, les bénéfices pour ma santé sont largement supérieurs aux risques, même si la qualité de l’air est moyenne. Lorsque je fais du vélo en ville par exemple, même si je suis plus exposé à la pollution (car j’inhale plus d’air), je suis moins exposé qu’à l’intérieur d’une voiture, lieu clos, trop peu ventilé qui cumule pollution extérieure et intérieure.

Si pollution il y a, je ne renonce pas à bouger mais je m’adapte. Je fais attention aux seuils indiqués sur le site d’AtmoSud :

  • Passé le seuil dit « d'information », si je suis une personne vulnérable et sensible* à la pollution, je dois modérer mon activité. Plus de 65 ans ? J'évite les efforts entraînant un essoufflement (respiration par la bouche). Et, peu importe mon âge, je décale mes horaires pour éviter les pics de pollution.
  • Au-delà du « seuil d'alerte », sportif ou non, j’attends que la qualité de l'air s’améliore, avant d’effectuer une activité physique qui augmente le volume d’air respiré.

* notamment les jeunes enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées ou souffrant de problèmes cardiaques ou respiratoires

Sportif, je suis pro aussi sur l’heure et le lieu de mes entraînements

photo_enfant_sport_fotolia_29445774_m.jpg

En plein effort, je respire 7 à 8 fois plus d’air/minute qu’au repos. Et j’inhale en même temps 7 à 8 fois plus de polluants. Ce qui n’est bon ni pour ma santé, ni pour ma performance sportive, un comble ! Je m’entraîne tôt le matin, à l’écart des grands axes ou dès que le vent chasse la pollution. Si la qualité de l’air est mauvaise, je réduis mon effort ou j’écourte mon entraînement. Si je pratique en salle, je veille à ce que les lieux soient régulièrement aérés.

Pour préserver la santé des sportifs, il peut arriver, en cas de forte pollution, qu’une compétition soit reportée.

Maladies respiratoires et activité physique à l’extérieur, quelles précautions prendre ?

La thérapie par le sport est de plus en plus recommandée. Mais les personnes souffrant de maladies respiratoires, comme les asthmatiques, vont présenter plus rapidement ou plus fortement des symptômes suite à une exposition à la pollution, que ce soit à court terme ou à long terme.

  • Mon médecin m’indique si je peux faire du sport et lequel : le volume d’air respiré diffère selon l’activité,
  • Je choisis le moment où la qualité de l’air est la meilleure pour bouger,
  • Je respecte scrupuleusement le traitement médical prescrit par mon médecin.
illustration_breatheup_carte_qualite_air.jpg
Connaître votre « air score » avec Breathe Up et AtmoSud
A partir du profil de l’utilisateur et de son activité, l’appli Breathe Up calcule un indice d’exposition aux polluants ou « Air Score » et, en fonction de celui-ci, donne un ensemble de conseils sur les lieux et les moments à favoriser pour bouger en respirant mieux.
Breathe up, application du Groupe TERA réalisée avec le partenariat technique d’AtmoSud, Airparif et Atmo AURA.