Région Provence-Alpes-Côte d'Azur

Partager :

AtmoSud surveille l’air pour près de 5 millions d’habitants, auxquels s’ajoute un afflux touristique important. La région Provence-Alpes-Côte d’Azur possède de nombreux axes routiers de transit, des aéroports et une forte activité maritime. Elle abrite également l’un des plus gros sites industriels européens, le pôle de Fos/étang de Berre. Ainsi, les sources de pollution sont multiples : transport, industrie, agriculture, résidentiel et les enjeux sanitaires, environnementaux et économiques sont importants.

Les zones à enjeux

Les pôles urbains denses (Aix-Marseille, Avignon, Toulon, NIce, Cannes), la zone industrielle de Fos-Berre et les grands axes routiers restent les zones de plus forte exposition de la population à la pollution. Il est essentiel que l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, industriels, associations et citoyens) concentrent leurs actions de réductions des émissions de polluants mais également de gaz à effet de serre (GES) sur ces zones.

Carte des Indice Synthétique Air (ISA) en 2017 - agrégation des concentrations annuelles en PM10, NO2et O3 :

ISA 2017

Pour consulter les cartes annuelles par polluants, rendez-vous sur la cartothèque

Une région avec de nombreuses sources de pollution

Tendance de l'évolution régionale des concentrations d'ozone (O3), de dioxydes d'azote (NO2), de particules fines (PM10), de dioxyde de soufre (S02) et de monoxyde de carbonne (CO) de 1990 à 2017 :

Evolution des concentrations de polluants en region paca depuis 1990

La région Provence-Alpes-Côte d'Azur est classée entre le 1er et le 3èmerang des émissions nationales de polluants atmosphériques et de gaz à effet de serre (GES). Le territoire est particulièrement concerné par les particules en suspension (PM10 et PM2,5), les oxydes d’azote (NO2) et l’ozone (O3). Bien que la région Provence-Alpes-Côte d'Azur observe une diminution des concentrations de ces polluants, les enjeux sanitaires et environnementaux de l'amélioration de la qualité de l'air restent de taille.

Consulter les données statistiques 2017 par polluant.

Emissions de polluants : les chiffres-clés de l'année 2017

Emissions PACA 2017

Améliorer la qualité de l'air : un enjeu de santé important

La pollution de l'air est un enjeu fort de santé publique : problèmes respiratoires, cardiovasculaires et maladies chroniques. C'est pourquoi AtmoSud évalue en permanence l'exposition de la population aux pollutions sur l'ensemble de la région.

Illustration populations exposées en 2015 en PACA selon les départements

En 2016, plus de 300 000 personnes résident dans une zone dépassant la valeur limite pour la protection de la santé. Ce chiffre s'élève à près de 4 millions de personnes en considérant les lignes directrices de l'Organisation Mondiale de la Santé.

Les populations les plus exposées vivent dans les centres urbains, proches des grands axes ou à proximité de sites industriels près desquels l'effet "cocktail" (mélange de polluants) est le plus important. D'après l'étude EQIS (Evaluation qualitative de l'impact sanitaire) menée par Santé Publique France, la pollution atmosphérique en France peut engendrer une perte d’espérance de vie pouvant dépasser 2 ans dans les villes les plus exposées. Les villes moyennes et petites ainsi que les milieux ruraux sont aussi concernées (en moyenne, 9 à 10 mois d'espérance de vie sont estimés perdus).

Par ailleurs, l'enjeu économique est également important puisque la pollution de l'air coûte chaque année près de 100 milliards d'euros en France (soit deux fois plus que le tabac).

Une démarche globale Air Climat Energie Santé

L’Etat, les collectivités et les secteurs d’activité mettent chacun en oeuvre des plans, des programmes et des actions qui ciblent la qualité de l’air, le climat et l’énergie et la protection de la santé. AtmoSud contribue à la synergie de ces actions avec ses données, son expertise, des scénarii prospectifs d’émissions de polluants et de gaz à effet de serre, des évaluations de gains et des indicateurs de résultat.

Retrouvez les bilans annuels par polluants dans les articles ci-dessous. L'année 2018 étant en cours, les bilans font référence à l'année N-1. Le bilan pour l'ozone, polluant estival, sera quant à lui actualisé cet automne.

Quel bilan pour les particules en 2017 ?

Panache de fumées à Marseille liées aux incendies du 10 aout - illustration pollution aux particules fines

Au regard des valeurs réglementaires européennes, la pollution aux particules est en baisse ces dix dernières années. Le nombre de jours de pics, tout comme la pollution de fond, diminue notablement avec quelques variations liées aux conditions météorologiques.

En savoir

Bilan de l’activité pollinique 2017

pollen enfant - source fotolia

En 2017, en Provence-Alpes-Côte d’Azur, les quantités des principaux pollens allergisants sont globalement plus faibles que l’année précédente pour le cyprès, le bouleau et l’ambroisie, mais supérieure pour les graminées.

En savoir

Bilan de la pollution par l'ozone en 2017

photo_soleil_roquebrune.jpg

La pollution photochimique en 2017 est dans la continuité de la tendance de ces 15 dernières années : le nombre de pics de pollution est en baisse mais reste cependant plus élevé que dans le reste de la France. La pollution de fond stagne depuis plus de 25 ans à des niveaux non négligeables pour la santé des populations.

En savoir

Bilan de la pollution au dioxyde d’azote en 2017

photo_trafic_fotoloia.jpg

En 2017, les valeurs limites européennes restent dépassées principalement pour le dioxyde d’azote (NO2) en région Provence-Alpes-Côte d'Azur malgré une tendance à la baisse observée depuis plus de 25 ans.

En savoir