Borée : réduction de l’impact de la pollution aux têtes de tunnel de la L2 par le déclenchement contrôlé de la ventilation

Partager :
Ventillateurs dans le tunnel de Montolivet sud à Marseille - Rocade L2
État :
En cours
Date de début de l'étude :
1 juillet 2017
Date de fin de l'étude :
1 janvier 2020
Zone(s) concernée(s) :
Bouches-du-Rhône
Marseille
ZAS Métropole Aix-Marseille Provence
Lieu(x) précis de l'étude :
Tunnel de Montolivet Sud - Rocade L2
Polluant(s) concerné(s) :
Oxydes d'azote
Thématique(s) :
Transports routiers
Partenaire(s) :

CETU (le Centre d’Etudes des Tunnels); DREAL PACA; Région Provence-Alpes-Côte d'Azur

Contact(s) :
Mme
Lise LE BERRE
Objectifs

A Marseille, l’impact du trafic routier sur la qualité de l’air est conséquent : il représente près de 50% des oxydes d’azote (NOx) rejetés dans l’atmosphère (source : Air PACA _Inventaire des émissions 2015) et fait également partie des principales sources de particules fines et ultra fines.

La rocade L2 de Marseille est constituée d’une succession de tranchées couvertes (tunnels) sur une dizaine de kilomètres, en milieu urbain dense. Le long de celle-ci, l’attention est particulièrement forte sur quelques secteurs, et notamment en entrées et sorties de tunnels, du fait de la présence des populations résidentes, d’établissements recevant du public (école, crèche, collège…), ou encore de bâtiments à caractère professionnel proches de ces têtes de tunnel.

Dans ce contexte, Air PACA et ses partenaires (le CETU et la DREAL) mènent actuellement une expérimentation, au niveau des têtes de tunnel de Montolivet Sud, visant à mettre en œuvre un système de déclenchement conditionnel des ventilateurs déjà présents dans le tunnel et à évaluer son impact sur la qualité de l’air aux têtes de tunnel, dans les espaces publics adjacents aux riverains les plus proches.

Pour réaliser cette étude, Air PACA va installer une dizaine de micro-capteurs à proximité des têtes de tunnel de Montolivet Sud. La station de surveillance Kaddouze, installée sur le boulevard du même nom, permettra le calage de ces micro-capteurs.

Phasage de l'étude :

  • Phase 1 (2018) : Définition du dispositif de mesures à déployer

  • Phase 2 (2nd semestre 2018 - en fonction de la date d'ouverture de la L2 Nord) : Déploiement des moyens de mesure et mesures exploratoires sans ventilation forcée dans le tunnel (durée : entre 4 et 6 mois)

  • Phase 3 (2019) : Mesures avec tests de ventilation forcée dans le tunnel (durée : 6 mois). Analyse de l’efficacité de la ventilation sur la qualité de l’air extérieure et définition de protocoles de déclenchement

  • Phase 4 (2019) : Mesures avec ventilation forcée sur alerte des micro-capteurs et affinage des seuils de déclenchement

  • Phase 5 (fin 2019 – début 2020) : Résultats et analyse de faisabilité en termes de coût et de consommation énergétique