Dispositif de surveillance et campagnes de mesure dans le Var

Station de mesure à la Sainte Baume
Partager :

Un dispositif de surveillance 24h/24, 7j/7 pour informer, prévoir et agir

Air PACA possède un dispositif interrégional de surveillance continue de l’air (24h/24, 7 jourrs/7). Dans le département du Var, en 2017, un réseau fixe composé de 16 analyseurs, répartis sur 7 stations, permet de mesurer le niveau en particules fines (PM10), en ozone (O3) et en oxydes d’azote (NOx).

Nombre d'analyseurs installés sur le réseau fixe de mesure du Var en 2017 :

Liste analyseurs fixes 83

 

 

 

 

Consulter la carte des stations de surveillance.

Consulter les données statistiques 2017 par polluant.

Pour connaître les niveaux et les évolutions d’émissions de polluants atmosphériques et de gaz à effet de serre à l’échelle du département, des territoires (Métropole de Toulon Provence Méditerranée, Communauté d’agglomération du Sud Sainte-Baume, Communauté de communes Méditerranée Porte des Maures, Communauté de communes de Var Esterel Méditerranée, Communauté de communes du Golfe de Saint Tropez…) et des communes varoises, rendez-vous sur la plateforme CIGALE : http://cigale.airpaca.org/

 

Une nouvelle station de surveillance fixe à Toulon/Claret depuis juin 2017

L’ancienne station de mesure de la qualité de l’air initialement à l’hôpital Chalucet a été transférée dans le quartier Claret en centre-ville de Toulon. Cette nouvelle station s’inscrit dans un réseau de 7 stations de mesure à l’échelle du Var, et permet d’assurer le suivi de la qualité de l’air de l’agglomération toulonnaise et d’alimenter les outils de prévision quotidienne.

 

Cartographie de la qualité de l’air sur l’aire toulonnaise

Air PACA a réalisé un historique cartographique sur 6 années pour le dioxyde d’azote et les particules fines afin de développer et d’améliorer les outils d’aide à la décision nécessaires à la mise en œuvre et au suivi des Plans de Protection de l’Atmosphère (PPA) dans la région PACA.

Cette étude réalisée entre 2014 et 2015 sur les 26 communes de la Zone de Surveillance de Toulon, a permis :

  • D’établir des Cartes Stratégiques Air (CSA), nouveaux indicateurs nationaux cartographiques.

  • D’évaluer l’impact de l’ouverture du second tube du tunnel A50-A57 à Toulon.

  • De mieux évaluer la pollution de fond sur la Communauté de communes Sud Sainte-Baume.

  • D’évaluer la qualité de l’air autour de l’Unité de Valorisation Energétique du Sittomat (Zone de retombée du panache).

  • D’avoir une meilleure connaissance du Var : au-delà de la zone d’étude, les cartographies ont été étendues à l’ensemble du département varois, permettant   de   compléter   nos   connaissances   sur   le   Comté   de Provence et de débuter des investigations sur Fréjus Saint-Raphaël.

Consulter le rapport d’étude « Cartographies de la qualité de l’air, ZAS de Toulon »

 

Evaluer la qualité de l'air autour de l'aéroport du Golfe de Saint-Tropez

Air PACA réalise actuellement des mesures à proximité de l'aéroport du Golfe de Saint-Tropez et dans le village de la Môle afin d’évaluer la qualité de l’air autour de la plateforme aéroportuaire et ainsi mieux connaitre l’exposition de la population au dioxyde d'azote (polluant traceur de combustion) et au benzène.

Consulter la fiche étude (résultats disponibles au premier trimestre 2018)

 

Mieux connaitre les sources liées à la pollution aux particules fines sur le Var grâce au projet européen SH’AIR

Le projet SH’AIR (étude réalisée de juillet à août et novembre à décembre 2013) a permis de quantifier les contributions des différentes sources de pollution aux particules fines sur le département du Var.

Les résultats sont les suivants :

  • Durant la période estivale, le trafic routier est identifié comme le contributeur le plus important de particules fines dans l’agglomération de Toulon. Sur le centre Var, les autres sources sont majoritaires, elles intègrent notamment les ré-envol terrigène (particules de sol).

  • En hiver, la combustion de biomasse (chauffage au bois) est le principal contributeur aux concentrations en particules PM10 : 44% sur le centre Var et 35% à Toulon. Le trafic routier contribue à 26% de la concentration en particules fines dans le centre de l’agglomération.

Les deux périodes d’étude indiquent que la pollution particulaire provient de sources de pollution localisées à l’intérieur de chaque région.

Toutefois, les échanges entre les régions peuvent être significatifs à l’occasion d’épisodes particuliers, au court desquels les particules sont transportées sur de grandes distances.

Consulter le site internet dédié au projet d’études : www.shair-alcotra.eu/fr/