Actualité
29 janvier 2018
Outils de surveillance et information
Etat des lieux qualité de l’air

Surveillance de la qualité de l'air autour d'UNIPER à Gardanne et Meyreuil

préleveur particules Gardanne
Partager :

La campagne de mesure de l'état 1 vient de débuter après la mise en service industrielle de la tanche biomasse. Cette campagne durera deux ans, avec le même plan de surveillance que pour l'état 0 (cf. rapport de campagne). La campagne de mesure et la modélisation de l'état 0 (avant démarrage de la tranche biomasse) ont montré que, pour le moment, le trafic automobile et le secteur résidentiel étaient des contributeurs importants à la pollution observée sur la zone. Les zones de stockage de la centrale émettent des panaches de particules "coarse" (entre 2.5 et 10 µm) dont l'impact est limité à la proximité du site.

Lancement de la campagne de mesure à l'état 1, après la mise en service industrielle de la tranche biomasse

préleveur particules Gardanne

Afin de compléter les mesures automatiques de particules fines (PM10, PM2.5), dioxyde d'azote et dioxyde de soufre qui fonctionnent depuis plus de 3 ans à Gardanne, les métaux, les ions, les HAP, le carbone organique et élémentaire... sont surveillés depuis mi-décembre 2017. Les résultats de ces composés seront disponibles après analyse en laboratoire.

Par ailleurs, en réponse aux signalements émis par les riverains depuis deux mois, un analyseur d’ammoniac sur le site de Malet a été installé depuis début décembre. Cet analyseur sera maintenu le temps d’objectiver la présence ou non de pics de ce polluant sur le site le plus touché par le panache de la centrale. Le site de mesure "Malet" se situe à 200 m de la cité Sondage où résident une partie des plaignants. Quelques tubes à diffusion passive NH₃ sur la zone vont également être déployés.

Signalez vos nuisances sur l'application Signalement Air.

Les premiers résultats de l'évaluation, à l'état 0

Les résultats présentés ci-dessous visent à rendre compte des niveaux de pollution autour de la centrale avant la remise en service de cette unité après sa conversion. La campagne préliminaire d’évaluation s’est déroulée entre juin 2014 et juillet 2015.

Les niveaux de pollution présents sur la zone avant la mise en service de l’unité biomasse sont modérés, comparables à ceux d’un quartier périurbain. Ces concentrations seront à comparer avec celles mesurées après la mise en service de la tranche 4 de la centrale en mode « biomasse ».

photo_trafic

Les transports, source principale de pollution

Les niveaux de pollution les plus élevés sont observés à proximité des axes de circulation, notamment la D9 et les axes structurants à Gardanne. La valeur limite NO₂ pour la protection de la santé y est dépassée ou approchée.

 

 

photo chauffage au bois

Le secteur résidentiel, contributeur important

L’activité du secteur résidentiel, notamment le chauffage au bois et le brûlage des déchets verts, est nettement perceptible sur les concentrations de PM10. La part de la combustion domestique de biomasse est estimée à 29% sur Plan de Meyreuil (zone résidentielle), contre 13% à Malet (sous les vents de la centrale).

La centrale, émettrices de particules « coarse »

Sous le panache de la centrale, on observe un excédent de particules « coarse » (entre 2,5 et 10 μm). Cet excédent est constitué principalement de particules minérales provenant probablement du réenvol des aires de stockage de charbon et de particules non identifiées par les mesures de spéciation.

Rapports disponibles :