Actualité
24 janvier 2018
Santé, économie et social
Industries
Etat des lieux qualité de l’air

SCENARII : Premières études santé-environnement d'Air PACA autour de l’étang de Berre

Etude POLIS Martigues
Partager :

Ce mercredi 17 janvier, Air PACA a présenté, à l’occasion du Comité Territorial de l’ouest des Bouches-du-Rhône présidé par Monsieur Henri Cambessedes, les conclusions des études SCENARII et POLIS. Ces travaux ont pour objet d’évaluer les risques sanitaires liés à l’exposition de la population à 39 substances réglementées et non-réglementées émises dans l’atmosphère autour de l’étang de Berre.

Les études SCENARII – POLIS

Dans le cadre du Plan Régional Santé Environnement, Air PACA a conduit les études SCENARII et POLIS qui intègrent, pour la première fois dans une démarche d’Evaluation Quantitative des Risques Sanitaires, l’ensemble des sources de pollution (industrie, transport, chauffage, navire…) à l’échelle des 66 communes de l’étang de Berre. Ces études portent sur 39 substances et évaluent les risques sanitaires induits par polluant et en cumul.

Cette démarche s’appuie sur une modélisation de la dispersion de la pollution atmosphérique (SCENARII) et des campagnes de mesure de polluants d’intérêt sanitaire (POLIS) très peu étudiés jusque-là, tels que le 1,3-butadiène et le 1,2-dichloroéthane.    

Ces travaux, cofinancés par la Région, la DREAL, l’ARS et Air PACA, s’inscrivent dans le prolongement de plusieurs études sanitaires de zone conduites par l’État au début des années 2010.

L’ensemble de la population de l’étang de Berre reste concerné par la pollution atmosphérique, avec des zones surexposées

Malgré la diminution significative des émissions d’origine industrielle (de 30 à 70 % de réduction selon les polluants ces 10 dernières années), des risques sanitaires persistent à long terme pour l’ensemble de la population de l’étang de Berre, notamment en lien avec le niveau de particules fines.

Les études SCENARII et POLIS mettent en évidence des secteurs où la population est surexposée, en considérant le cumul des substances étudiées : près des grands axes de transport, dans la zone du Golfe de Fos, de Martigues, de Berre et de Marignane.

Les indicateurs de risque à long terme estimés sont supérieurs au seuil de vigilance pour les effets cancérigènes pour 4 substances prises individuellement (particules diesel, benzène, 1,3-butadiène, et 1,2-dichloroéthane). D’autres substances, telles que certains métaux (chrome VI, arsenic, nickel…) n’engendrent pas de risque de manière individuelle, mais leur cumul peut en présenter.

Exposition chronique par inhalation : Indicateurs de risques cancérigènes cumulés pour les substances étudiées (issue des travaux de SCENARII) :

scenarii_carte_effet_cumule
Que signifie « Excès de Risque Individuel » (ERI) ? C'est un indicateur qui traduit la probabilité d’apparition d’une pathologie pour un individu exposé à un polluant présentant des effets cancérigènes. On parle d’excès de risque, car cette probabilité s’ajoute au risque de base présent dans la population. L’ERI cumulé résulte quant à lui de l’addition de ces probabilités pour les substances cancérigènes étudiées.  A titre d’exemple un ERI de 1.10-5 représente une probabilité supplémentaire, par rapport à une personne non exposée, de développer un cancer de 1 personne pour 100 000 personnes exposées. Il n’existe pas de niveau d’excès de risque individuel universellement acceptable. Pour sa part, le Haut Conseil de Santé Publique (HCSP) définit les seuils de gestion suivants : Seuil d’action rapide : ERI > 10-4,  Intervalle de vigilance active : 10-5 < ERI < 10-4,  Seuil de conformité : ERI < 10-5

Diffusion des résultats et renforcement de la surveillance des polluants d’intérêt sanitaire

Les résultats établis par Air PACA ont été communiqués aux pouvoirs publics et aux acteurs territoriaux. Ils devraient conduire à poursuivre les actions menées en faveur de la diminution des émissions de polluants autour de l’étang de Berre.

Par ailleurs, Air PACA poursuit le renforcement de son action d’information et de surveillance sur la zone de l’étang de Berre en ciblant plus spécifiquement les polluants d’intérêt sanitaire, dont les composés organiques volatils, les particules ultrafines et les composés bioaccumulables.