Actualité
8 août 2018
Etat des lieux qualité de l’air

Pollution à l'ozone : retour sur cet épisode exceptionnel

Panneau d'autoroute alerte pollution à l'ozone
Partager :

L'épisode de pollution à l'ozone s'est terminé aujourd'hui, en lien avec l'arrivée de perturbations météorologiques sur l’ensemble des arrière-pays et des reliefs, favorisant la dispersion de la pollution. Depuis le 25 juillet, la région Provence-Alpes-Côte d'Azur a connu un épisode de pollution photochimique exceptionnel ! Les niveaux d'ozone ont dépassé régulièrement le seuil d’information et recommandation (>180 µg/m3), notamment dans les Bouches-du-Rhône et certains départements limitrophes. Le niveau d’alerte (>240µg/m3 durant 3 heures consécutives) a même été dépassé le 05/08 à Sausset-les-Pins. Retrouvez ici un bilan de cet épisode.

 

Un épisode exceptionnel par sa durée

Cela faisait au moins cinq ans que les Bouches-du-Rhône et les départements limitrophes n’avaient pas connu un épisode de pollution d’une aussi longue durée. Des épisodes similaires avaient eu lieu en juillet 2013 (9 jours), en 2010 (10 jours) et en 2003 (15 jours). 

Quant à l’intensité de l’épisode, le maximum observé  (243 µg/m3 pendant une heure) est comparable à ceux observés les années précédentes (256 µg/m3 à Rognac en 2016,  257 µg/m3 à Aix Platanes en 2015…). Cet épisode ne dépasse donc pas le record de 2003 avec 417 µg/m3 à Sausset-les-Pins.

Concentrations maximales en ozone observées le 5 août à Sausset-les-pins

L’importance des émissions de polluants, les fortes températures, le fort ensoleillement, sont autant de facteurs qui font des Bouches-du-Rhône un département régulièrement exposé aux épisodes de pollution à l’ozone en période estivale : il en comptabilise en moyenne une trentaine par an (entre 18 et 52 jours par an de dépassement du seuil réglementaire depuis 2001 avec un maximum de 59 jours en 2003 (effet canicule).  Les départements limitrophes (Var et Vaucluse) y sont également exposés en fonction des déplacements de masse d’air.

 

Concentrations en ozone le 5 août (maximum observé à Sausset-les-Pins : 243 µg/m3).

 

graphe du nombre de dépassement du seuil information-recommandations 1999 à 2017

Une année 2018 qui émerge dans une tendance décennale à la baisse

Le nombre de jours de dépassement du seuil d’information est en baisse sur les 20 dernières années. En 2018, le dispositif préfectoral de pollution à l'ozone a été déclenché au cours de 20 journées  entre le 20 juin (1er jour de déclenchement) et le 07 août, soit un peu plus qu’en 2017.

Voir tous les détails :https://www.airpaca.org/pollutions/historique

 

 

 

 

Evolution du nombre de dépassements du seuil d’information
 en ozone (180µg/m3) en Provence-Alpes-Côte d’Azur

Pourquoi ces niveaux sont-ils atteints ?

L’ozone se forme à partir de polluants précurseurs : oxydes d'azote et composés organiques volatils, émis principalement par le trafic routier et le secteur industriel, lorsque les conditions météorologiques sont favorables (ensoleillement et températures élevées, vents faibles). Le nombre d’épisodes de pollution peut varier de façon importante d’une année sur l’autre en fonction des quantités d’émissions de polluants et des conditions météorologiques.

Cette année, les conditions météorologiques caniculaires (températures élevées le jour mais aussi durant la nuit) de ces dernières semaines et l’absence de vents forts ont favorisé l’accumulation de l’ozone sur l’ouest de la région.

 

Carte de prévision d'ozone prevair le 6 aout

Un épisode de pollution d’ampleur nationale

D’autres régions ont été concernées par des concentrations d’ozone élevées avec des dépassements du seuil d’information-recommandations (180 µg/m3).

Les régions sur une grande moitié Est de la France mais aussi Ile de France et Nouvelle-Aquitaine sont exposées à des niveaux d’ozone élevés.

 

 

 

 

 

Carte de la pollution à l'ozone en France le 6 août 2018
(source PREV'AIR à partir des données des
AASQA)