Qualité de l’air intérieur : campagne de mesure Siège d’Agglomération du Pays d’Aubagne et de l’Etoile

Partager :
Rapport d'études
26 septembre 2016

Dans le cadre d’une expertise bâtiment du Réseau EQAIR, financée par la Région, l’ARS et la DREAL PACA, Air PACA a réalisé une campagne de mesure dans le bâtiment du siège d’agglomération du Pays d’Aubagne et de l’Etoile.
Ce bâtiment a précédemment fait l’objet d’une expertise du Réseau EQAIR en 2010 avant rénovation. Elle avait débouché sur un ensemble de recommandations pour la réhabilitation du bâtiment.
L’objectif de la présente étude est de réaliser une nouvelle expertise après rénovation afin d’évaluer la qualité sanitaire du bâtiment réceptionné et l’efficacité des recommandations de l’expertise initiale.
L’expertise consiste en une campagne de mesure de qualité de l’air intérieur associée à une expertise bâtiment basée sur une visite du bâtiment, des mesures ponctuelles et le renseignement d’un questionnaire développé par le Réseau EQAIR.
La rénovation du bâtiment du Siège d’agglomération du Pays d’Aubagne et de l’Etoile a été réalisée de manière à prendre en compte les problématiques d’air intérieur (choix des matériaux et système de ventilation). La campagne de mesure après rénovation le confirme, un confinement nul dans la plupart des pièces et des teneurs en polluants intérieurs (aldéhydes et COV) inférieurs aux valeurs observées en 2010 et relativement faibles pour un bâtiment récemment réceptionné.
Néanmoins, des disfonctionnements mineurs et des activités polluantes ont été observés : un système de ventilation mal équilibré, l’utilisation d’huiles essentielles ou du tabagisme dans certains bureaux.
Enfin, une augmentation des concentrations extérieures en dioxyde d’azote par rapport à 2010 occasionne des concentrations intérieures supérieures à la (VGAI) de l’ANSES. La proximité avec la route départementale semble être la raison de ce dépassement. Afin de minimiser cet impact, il est possible d’ajouter une filtration moléculaire au système de ventilation.
Au vu des résultats de mesure, la rénovation du bâtiment est respectueuse de la qualité de l’air intérieur. Les matériaux récents mis en place ne causent pas de dégradation de la qualité de l’air intérieur, les niveaux en polluants intérieurs sont même inférieurs à ce qui a été mesuré en 2010 et sont tout à fait respectables au regard du caractère récent des travaux d’aménagement. Seules quelques activités intérieures, un réglage du système de ventilation à parfaire et une proximité avec l’axe routier viennent nuancer ce constat positif.