Etude exploratoire autour des rejets de la cockerie du site d'ARCELOR Mittal

Partager :
Rapport d'études
01 janvier 2011

En 2008, une conjoncture économique difficile a conduit à l’arrêt d’un Haut Fourneau et la cokerie a dû fonctionner en mode dégradé. En effet, lorsque le gaz de Haut Fourneau n’est plus disponible, du gaz de cokerie1 est ponctuellement injecté dans les fours de batteries. Une année plus tard, des écarts vis-à-vis de la réglementation ont été constatés concernant les rejets de la cokerie du site sidérurgique, particulièrement pour les COVNM. Suite à ces écarts, la DREAL a demandé, par lettre interposée, à ARCELOR Mittal de mesurer l’impact de ces rejets supplémentaires par rapport à une situation normale.