Partager :

La qualité de l’air suite à la mise en service de la L2 Est, le 29 novembre 2016, a été suivie par la station « Fourragère ». Par la suite, en juin 2017, le dispositif de mesure a été déplacé sur le site Kaddouz, au niveau de la tête de tunnel de la tranchée couverte Montolivet Sud.

A la station de La Fourragère, avec une augmentation de plus de 20 %, les concentrations en NO2 et en particules issues du trafic routier sont directement influencées par l’ouverture de la L2. Ces hausses sont également liées à la saisonnalité : les niveaux des divers polluants sont plus élevés en période hivernale en raison de conditions météorologiques plus stables.

Sur la station « sentinelle » de la Timone en centre-ville, l’ouverture de la L2 Est n’a, pour l’instant, pas eu d’impact significatif sur les niveaux de pollution.

Le site de Kaddouz, situé au niveau d’une tête de tunnel et en prise directe sur l’axe de circulation, présente des concentrations en particules issues du trafic routier (Black Carbon issu de combustions fossiles) nettement plus élevées qu’à La Fourragère. La suite des mesures sur cette station permettra de confirmer ou pas cette tendance.

Au cours de deux mois et demi de mesures, de juin à août 2017, la moyenne en dioxyde d‘azote sur le site de Kaddouz est de 35 µg/m3, soit environ 15 % moins importante que celle d’une station de trafic en centre-ville, sur la même période (Rabatau, 48 µg/m3).
Les particules inférieures à 10 µm (PM10), mesurées de juin à mi-juillet, ont enregistré un maximum journalier de 46 µg/m3 le 16/06/17. La valeur limite journalière (50 µg/m3/jour) a donc été respectée.

Les mesures réalisées sur l’ensemble des polluants montrent un impact significatif de l’ouverture de la L2 Est sans toutefois dépasser les valeurs réglementaires. La différence entre les sites de La Fourragère et Kaddouz montre que l’impact de la pollution du trafic routier décroît rapidement avec l’éloignement à la route.

Toutefois, ces travaux sont à poursuivre afin de prendre en compte la montée en charge du trafic sur l’axe L2 qui s’est faite progressivement et n’est pas stabilisée. Les travaux sont toujours en cours sur la rocade L2 Nord, sur l’échangeur avec l’A8 et dans d’autres quartiers de la ville pour inciter au report vers la rocade.

Les notes techniques permettent de suivre l’évolution de la qualité de l’air à proximité de la L2. La prochaine sera publiée en début d’année 2018, sur la base de plus de 6 mois de fonctionnement de la station Kaddouz.

La fiche étude L2 rappelle le programme pluriannuel et les grandes lignes de la surveillance de l’axe.

L’ensemble des données de mesures sont disponibles en visualisation et téléchargement pour la campagne en cours.

Les particules Black Carbon, mesurées sur les sites de Marseille / Cinq Avenues, Port-de-Bouc et L2 kaddouz sont rassemblées dans les « bulletins mensuels Black Carbon »