Fin de l’épisode de pollution en particules d’origine désertique

logo Fin de l’épisode de pollution en particules d’origine désertique
ombre
Période du 5, 6 et 7 Avril
fleche Episode de pollution en particules du 5, 6 et 7 Avril
EPISODE DE POLLUTION EN PARTICULES DU 5, 6 ET 7 AVRIL
barre

L’installation jeudi 7 avril d’un flux météorologique de secteur Nord met fin à cet épisode qui a affecté tout le littoral régional, et plus particulièrement le Var et les Alpes Maritimes depuis le 5 avril. L’origine de ces niveaux élevés en particules est liée à un apport d’origine désertique avec un possible ajout des régions Italiennes voisines.

 

Constat des niveaux en PM10 – particules inférieures à 10 µm

Des dépassements du seuil journalier européen d’information (50 µg/m3) en PM10 ont été mesurés les 5, 6 et 7 avril sur la frange littorale des départements des Alpes Maritimes et du Var. Ce sont les zones les plus habitées qui ont été concernées. Ces particules importées s’ajoutent à la pollution locale. Les niveaux ont diminué le 7 avril et cette décroissance devrait se poursuivre dans les jours à venir.

Illustration Flash info fin épisode pollution particules désertiques

Population concernées par des niveaux dépassant le seuil journalier en PM10

% de la population touchée

Alpes Maritimes

Var

Mardi 05 Avril

47%

5%

Mercredi 06 Avril

66%

24%

Jeudi 07 Avril

36%

5%

 

Cartographie des phénomènes

Les modélisations d’Air PACA font apparaitre distinctement cette masse d’air chargée en particules en provenance de la méditerranée, qui affecte la frange littorale de ces deux départements tout comme la photo satellitaire ci-dessous.

Photo Flash info fin épisode pollution particules désertiques

Les informations cartographiques sont accessibles depuis le site internet http://www.airpaca.org/

Des sites dédiés aux particules désertiques sont également disponibles  comme à partir de la plateforme PREVAIR  : http://www.prevair.org/en/prevision_pous_desert.php

 

Episode de pollution : des effets à court terme sur la santé pendant et quelques jours après l’exposition

Les effets à court terme correspondent à des effets sanitaires qui surviennent de quelques minutes à quelques semaines après une exposition aux polluants. Plusieurs centaines de travaux, menés dans de nombreux pays, sur des populations et avec des méthodologies différentes, ont produit un ensemble de résultats convergents. Ils montrent que l'exposition aux polluants, notamment les particules en suspension et l'ozone, est associée à un impact à court terme sur la santé (notamment sur la mortalité et sur les hospitalisations). Ces résultats ont été confortés par ceux de grandes analyses multivilles comme, aux États-Unis, l'étude NMMAPS (National Morbidity, Mortality, and Air Pollution Study) et, en Europe, l'étude APHEA (Air Pollution and Health: A European Approach).

Chez certaines personnes des signes tels qu’une toux, une irritation de la gorge ou des yeux, peu apparaitre pendant ou quelques jours après ce genre d’épisode de pollution en particules fines.

 

Recommandations sanitaires

• privilégier les activités calmes, adapter les activités physiques sportives

• adapter ou éviter les activités sportives intenses, notamment pour les personnes sensibles

• suivre strictement les traitements médicaux et en cas de fortes gênes respiratoires ou de troubles cardiaques, ne pas hésiter à contacter un médecin

• limiter l’exposition aux produits irritants (tabac, solvants, peintures,…)

• ne pas se confiner et ne pas modifier les habitudes d’aération et de ventilation