Actualité
17 juillet 2017
Etat des lieux qualité de l’air

Impact de l’incendie de Saint-Cannat (Bouches-du-Rhône) sur la qualité de l’air

Incendie à Saint-Cannat vu depuis Marseille
Partager :

Un incendie s'est déclaré dans la commune de Saint-Cannat près d’Aix-en-Provence samedi 15 juillet 2017 à 15h30. Il a été maîtrisé par les pompiers dimanche dans la matinée. Environ 800 hectares de forêt ont été brûlés. Le feu s’est fortement propagé en raison du vent et de la sécheresse. L'incendie a engendré d'impressionnantes fumées, visibles jusqu'à Marseille.

Hausse des niveaux des particules, tout en étant en deçà des valeurs réglementaires

Au cours de l’incendie, Air PACA a observé à Marseille une hausse des niveaux de particules issues de la combustion de la biomasse très importante à Marseille. En effet, le vent de nord-ouest a entraîné un nuage de particules, émises par le feu de forêt, de Saint-Cannat vers Marseille.

Des pics horaires de concentrations en particules ont été observés. Les niveaux de particules de diamètre inférieur à 10 µm (PM10) ont atteint 76 µg/m3 à la station de Marseille - Kaddouz et 47 µg/m3 à la station Marseille - Cinq Avenues en moyenne horaire le 15 juillet. Cette augmentation très nette des concentrations en particules atmosphériques est d’autant plus visible pour les particules de diamètre inférieur à 2,5 µm (PM2,5).

Particules à Aix et Marseille 15 et 16 juillet 2017
Evolution des concentrations horaires en particules fines PM10

La valeur réglementaire journalière (50 µg/m3) n'a cependant été dépassée sur aucune des stations de mesure de l'agglomération marseillaise.

Brûlage du bois identifié sur les nouveaux moyens de mesure

Sur ces deux sites des moyens de mesure permettent de distinguer et de quantifier deux sources de Black Carbon (un composant des particules atmosphériques) :

  • la fraction issue de la combustion de la biomasse (wb), brûlage du bois,
  • la fraction issue de combustions fossiles telles que le trafic routier (ff).

Les mesures en continu ont permis de mettre en évidence l’impact de l’incendie de Saint-Cannat sur les teneurs en Black Carbon dans l’atmosphère. En effet, sur les deux sites de Marseille, une hausse significative des particules issues de la combustion de la biomasse (PMwb) a été observée. Cette fraction a atteint 75 % de la composition des PM10 dans la nuit du 15 au 16 juillet, contre moins de 5 % habituellement pour retrouver des teneurs de saison au cours de la journée du 16 juillet.

particules_incendie_saintcannat_marseille_5avenues_15juillet2017.jpg
particules_incendie_saintcannat_marseille_kaddouz_15juillet2017.jpg
Évolution temporelle des concentrations en PM10 et PM2,5 et des contributions des fractions issues de la combustion de bois (wb) et de la combustion de fuels fossiles (ff) aux stations de Marseille Cinq Avenues et Kaddouz (heures temps universel)

 

Des particules ultrafines caractéristiques du « brûlage au bois »

S’agissant du granulomètre, la signature de l’incendie est également visible, sur les quantités mesurées comme sur la taille des particules. La quantité totale de particules ultrafines a été relativement  élevée, notamment les particules dont le diamètre se situe entre 100 et 200 nanomètres, taille des particules caractéristiques du « brûlage au bois ».

granulo_15juillet2017.jpg
Concentrations des particules ultrafines à Marseille, relevées par le granulomètre d’Air PACA 

 

Information des services de l’Etat

Soyez vigilants et prudents : propriétaires, promeneurs, simples citoyens, vous avez tous un rôle à jouer dans la prévention et la diffusion de l’information dans la veille et dans l’alerte. Pour protéger nos massifs forestiers durant l’été, la vigilance de chacun est primordiale et le concours de tous est crucial. Consultez régulièrement la carte des massifs ici.